Mon parcours

Mini reportage sur France 3 Lorraine diffusé en septembre 2020.

Mon parcours

Rêves d'enfance

C’est ma grand-mère Andrée qui m’a appris à lire et à écrire. J’étais en maternelle, j’avais 5 ans. C’est elle encore qui m’a inculqué le goût de la belle orthographe, avec une dictée quotidienne dès que j’ai su tenir un stylo correctement. Je lui dois la base de mes compétences en français tout au long de ma scolarité et de ma vie.

À l’adolescence, je suis tombée dans l’écriture : journal intime, poèmes, nouvelles… en même temps que je développais une passion pour les chevaux, comme toute adolescente normale. J’ai vite abandonné l’équitation, mais continué d’écrire pour le plaisir, ainsi que de façon thérapeutique. Je rêvais de devenir un jour romancière.

Lorsque j’avais 19 ans, une de mes nouvelles a été primée par l’Académie de Lutèce, ce qui m’a encouragée à poursuivre et j’ai commencé des projets de roman… qui n’ont jamais vu le jour, faute de temps et surtout de technique.

Un détour par l'éducation nationale

Prise par mes études d’anglais, l’agrégation, mes débuts dans l’enseignement, et tout simplement par la vie, avec des déménagements, un mariage, les naissances de mes deux filles… Une quinzaine d’années est passée en un tourbillon sans que je m’en aperçoive.

Vers 35 ans, j’ai commencé à faire le bilan de ma vie et de ma carrière. C’est à cette période que j’ai décidé de revenir à mes rêves d’enfant laissés de côté, avant qu’il ne soit trop tard pour les réaliser.

Je me suis remise à l’équitation, j’ai acheté la jument de mes rêves, et je l’ai faite pouliner.

Je me suis remise à l’écriture et j’ai étudié les techniques qui me faisaient défaut auparavant, grâce aux multiples ressources en ligne.

En même temps, je songeais à quitter l’éducation nationale, car mon métier ne correspondait plus à mes valeurs : je voulais me sentir utile et croire à ce que je faisais, mais dans le système qui m’était imposé, j’avais l’impression de mentir à mes élèves au jour le jour, et de ne pas pouvoir réellement leur apporter quoi que ce soit.

Une nouvelle aventure

Il s’est passé plusieurs années de réflexion, de recherche, avant de trouver le métier de mes rêves. J’ai fini par le trouver, et me voici, écrivain public, ayant démissionné de la fonction publique !

Deux ans plus tard, je me félicite d’avoir osé sauter le pas. Je suis encore jeune dans mon nouveau métier, mais j’ai déjà pu goûter à la diversité, la richesse des missions d’un écrivain public. Que de découvertes, de rencontres humaines, d’expériences !

On parle de moi...

Elle quitte l'Éducation nationale pour devenir écrivain public

Article paru dans l’Est Républicain en octobre 2019. L’article est également consultable en ligne ici.