Où et comment utiliser les espaces typographiques

Les espaces typographiques sont peu visibles et donc souvent négligées, voire carrément ignorées. Alors qu’elles sont pourtant essentielles dans la présentation d’un document !

Qu’est-ce qu’une espace insécable ? Et une espace fine ? Où et comment les utiliser ? Dans cet article, vous trouverez tout ce que (vous ne savez pas que) vous avez toujours voulu savoir sur les espaces typographiques : les règles de leur utilisation et les raccourcis pour insérer les espaces particulières.

Une espace, c’est féminin !

Pour commencer, voici une précision qui me tient à cœur en tant qu’écrivain public : on dit bien une espace en typographie, même si l’espace au sens habituel est masculin. Je n’invente rien, allez vérifier dans un dictionnaire, ça date de l’époque de Gutenberg.

L’espace typographique est féminine parce qu’il s’agissait à l’origine d’une tige ou lamelle métallique que les imprimeurs utilisaient pour séparer les blocs de caractères sur la planche à imprimer.

Malheureusement, la faute est courante, même chez des professionnels des métiers de l’écriture. À vrai dire, même le logiciel Word la fait… Raison de plus pour le préciser !

Enfin, maintenant, vous le saurez : quand vous voyez par exemple sur mes tarifs l’expression « 1500 signes espaces comprises » ce n’est pas une faute d’orthographe ni une coquille, c’est tout à fait volontaire. 😉

Règles d’utilisation :

En ce qui concerne les espaces autour de la ponctuation, il existe un moyen mnémotechnique assez simple : « un signe = une espace, deux signes = deux espaces »

Une seule espace avec , . … () []

Les caractères de ponctuation constitués d’un seul signe comme le point et la virgule sont suivis d’une espace, mais n’en prennent pas avant.

Bon à savoir, les points de suspension sont bien un signe unique. Si vous faites le test, lorsque vous tapez trois fois un point, les traitements de texte les convertissent souvent de façon automatique. Vous pouvez remarquer que les points de suspension sont légèrement resserrés.

Les parenthèses et crochets quant à eux sont directement accolés au contenu qu’ils encadrent, et l’espace est placée à l’extérieur.

Deux espaces avec : ; ! ? « » –

En revanche, les caractères de ponctuation formés de deux signes sont encadrés par deux espaces, une avant et une après. Il s’agit du point-virgule, des deux points, des points d’exclamation et d’interrogation, ainsi que des guillemets. Les tirets cadratin et demi-cadratin suivent également cette règle.

Attention, ces règles concernent les textes rédigés en français et peuvent varier d’une langue à l’autre. En anglais par exemple, les signes de ponctuation ne sont jamais précédés d’espace et les guillemets sont accolés au contenu qu’ils encadrent comme nos parenthèses.

Sur les logiciels de traitement de texte, l’espace classique est matérialisée par un point médian · lorsque vous affichez les marques de mise en forme en cliquant sur le symbole ¶. (D’ailleurs, juste pour le plaisir, saviez-vous comment se nomme ce signe ? C’est le « pied-de-mouche ». Poétique, non ?)

Espace insécable

Pour éviter le retour à la ligne entre deux signes séparés par une espace, par exemple pour ne pas se retrouver avec un point d’interrogation tout seul en tête de ligne, on utilise l’espace insécable.

Les logiciels de traitement de texte l’insèrent généralement de façon automatique avant les signes de ponctuation concernés. En revanche, l’éditeur de WordPress ne connaît pas cette subtilité et ne permet pas à ma connaissance d’insérer des espaces insécables… Si vous avez une solution, je suis preneuse !

Vous pouvez vérifier le type d’espace en affichant les marques de mise en forme : l’espace insécable apparaît matérialisée par un petit rond en exposant °.

Elle sert également à éviter les retours à la ligne au milieu d’un nombre à quatre chiffres ou plus, au milieu d’une date, entre un chiffre et le nom qu’il définit ou une particule et un nom de famille, etc. Mais dans ce cas, il vous faudra l’insérer manuellement. Le raccourci clavier est Alt + 255. En l’absence de pavé numérique, sur certains claviers il suffit de maintenir en plus la touche Fn, mais ça ne marche pas toujours. En dernier recours, il vous faudra passer par la table de caractères spéciaux.

(Si vous ne savez pas où trouver la table des caractères spéciaux, je vous invite à lire mon article précédent : « Accents sur les majuscules et capitales ».)

Espace fine

L’espace fine est en typographie une espace insécable plus étroite. Elle est recommandée avant les points d’exclamation et d’interrogation, les points-virgules, et à l’intérieur des guillemets.

Mais dans la pratique, comme elle n’est pas proposée de façon automatique par les logiciels de traitement de texte, et qu’en outre elle n’est pas insécable dans Word, son utilisation reste rare. Si vous voulez tester, vous la trouverez dans la table des caractères spéciaux ou avec le raccourci clavier Alt + 8201.

10 000 sec ?

Une petite note à l’attention des écrivains auteurs de nouvelles et textes courts. La plupart des appels à textes et règlements de concours stipulent une longueur à respecter, souvent exprimée en caractères ou signes, le plus souvent espaces comprises. Les « 10 000 signes espaces comprises » sont souvent abrégées en « 10 000 sec ».

Pour vous donner un ordre d’idées, une page contient en moyenne 1 500 sec pour 250 mots. Si vous utilisez Word, vous pouvez trouver ce nombre dans l’onglet « Révision » puis « Statistiques ». Sous Libre Office, les statistiques sont accessibles dans l’onglet « Options ».

J’espère que ce petit article vous aura éclairé ou simplement rafraîchi la mémoire, et vous permettra de parfaire la présentation de vos textes numériques.

Si vous avez besoin de relecture ou de conseils, je suis toujours .

Joyeuse écriture !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.